Critique: L'ombre de chacun, M. Rutten

Il y a des livres qui vous envoûtent. C’est ce qui m’est arrivé avec L’ombre de chacun, de Mélanie Rutten.

J’ai découvert ce livre au hasard à la bibliothèque. Il m’est tombé dessus. Je devais vite me décider, car en ces temps de covid, la durée des visites à la bibliothèque est restreinte. Je le trouvais un peu long pour mon fils de 4 ans, mais il avait l’air découpé en petites histoires, et les quelques pages que j’ai lues m’ont plu.

En réalité, il ne s’agit pas tellement de petites histoires, mais plutôt de scènes indépendantes qui, ensemble, forment un tout. Chaque scène a son thème: séparation, peur, l’autre, grandir… et celui-ci est traité avec une efficacité remarquable. L’autrice parvient en très peu de mots à atteindre une force et une profondeur touchante au travers de ses personnages.

Je suis toujours ému quand on arrive à la fin de l’histoire, mon fils et moi. Il y a quelque chose dans ce livre qui émerveille et attendrit. Chaque fois que je le vois, j’ai envie de l’ouvrir et de relire des passages. Car ouvrir ce livre, c’est comme s’emmitoufler dans une couette: on s’y sent si bien.

Au final, je crois que j’ai été plus touché par ce livre que mon fils, mais je crois aussi que certains passages ont planté des graines. Et j’ai hâte de pouvoir le redécouvrir avec lui et sa sœur quand iels auront encore grandi 🙂️